Soutenez le PS

Adhérez au PS

Les grands rappels du mariage pour tous

Les débats politiques en France ont toujours été passionnés, pour ne pas dire violents. Mais la dureté de l’opposition droite-gauche semble s’être bien accentuée ces dernières années avec la radicalisation de la droite républicaine qui semble n’avoir de républicaine plus que le nom. Les effets du Sarkozysme, qui prenait comme prétexte sa volonté de tuer le Front National pour justifier des discours toujours plus simplistes et populistes, n’ont pas fini d’empoisonner les mentalités, libérant les pulsions allant de la simple mesquinerie de bas étage à la haine la plus crasse habillée d’une rhétorique sophistiquée retournant habilement les arguments de la gauche contre cette dernière. Figure emblématique de cette droite pas si « décomplexée » que cela d’ailleurs car elle continue d’avancer masquée : Éric Zemmour qui a su se tailler une place de choix dans le PAF et fournir nombre de galipettes argumentaires aux nouveaux apparatchiks UMP pour exprimer leurs intolérances sociétales et leur réaction moyenâgeuse dans une langue de velours, à défaut de bois.

 

Une opposition décérébrée

L’épisode du mariage pour tous nous a brutalement ramenés à la réalité de ce qu’est devenue cette nouvelle droite. Après le soulagement et l’euphorie provoquée par le départ de Nicolas Sarkozy et de ses ministres qui n’avaient pour unique rôle de nourrir l’inflation nauséabonde de la polémique autour de groupes de populations rendus responsables de tous les maux de France, vient nous envahir un sentiment de gêne et d’inquiétude : les amis de Sarkozy eux, ne l’ont pas suivi dans sa chute, ils sont encore bel et bien là. Comme il faut attendre pour voir de quel bois se chauffe un nouveau gouvernement, il faut également observer quelle type d’opposition se forme. Or, le débat autour du mariage pour tous a révélé non seulement une opposition extrêmement faible dans ses capacités d’argumentation, pis encore une opposition ayant gardé ses réflexes Sarkozystes populistes visant à maintenir au sein de notre société un niveau d’angoisse élevé et permanent en prédisant la fin du monde si l’existence de minorités étaient reconnue, dans le cas présent celles des familles homoparentales. La preuve, quasiment aucun député UMP n’a participé aux auditions parlementaires en préparation au projet de loi. Le fond du sujet ne les intéressait pas. Chercher à comprendre et éventuellement trouver des arguments pour contrer de manière constructive (si cela était possible) ce projet de loi n’a jamais été leur préoccupation. Car la seule chose qu’ils sachent faire, la seule chose que le Sarozysme leur ait laissée comme compétence est l’agitation stérile et superficielle. Le spectacle qu’ils nous ont livré à l’Assemblée Nationale pendant les deux semaines de débat est accablant. Une répétition d’affirmations et de lamentations sans fondement qui se résument à ces quelques mots :

  • Le nombre de chômeurs augmente mais le gouvernement préfère satisfaire une minorité (variantes : bobos parisiens, bien-pensants, lobby gay etc.). On pourrait répondre que les chômeurs aussi, ne représentent qu’une minorité, car selon les derniers chiffres de l’INSEE, le taux de chômage atteint 10,5 % de la population active qui s’élève à 29 millions de personnes. Sur les 65,8 millions de Français, les chômeurs ne représentent donc que 4,6% des Français. Or, selon les difficiles études menées, le taux de personnes homosexuelles en France irait de 4 à 10%. Vouloir ignorer les besoins et revendications de citoyens sous prétexte qu’ils ne représentent qu’une minorité est totalement aberrant.

 

  • Un enfant a besoin d’un papa et d’une maman car pour se construire il lui faut l’altérité des sexes. Dans ce cas, qu’attend la droite pour « protéger les enfants » de familles monoparentales ? Pour proposer l’interdiction du divorce ? Pour interdire la conception hors mariage et punir par la loi les femmes qui « font des enfants seules » ? Qu’en est-il des orphelins ? Les veuves dans certaines tribus arriérées sont contraintes d’épouser leur beau-frère ou un homme de la famille du défunt, pourquoi ne pas instaurer la même chose en France pour « protéger les enfants » ?

Pour ceux qui s’intéressent vraiment à cette question, il se trouve qu’aucune des études menées depuis 20 ans par les sociologues et pédopsychiatres n’a réussi à démontrer le moindre risque. [1]

  • Le fondement d’un mariage est la conception « naturelle » d’enfants autrement il n’a plus de valeur. Là, il serait urgent de proposer aux députés UMP une petite escapade dans la France du 21ème siècle… Les gens se marient pour beaucoup de raisons mais certainement plus dans leur majorité pour pouvoir « concevoir » en toute légitimité. Cette vision d’un autre temps fait froid dans le dos. Personne ne devrait avoir le droit de définir la famille des autres, de choisir à leur place la forme qu’ils souhaitent lui donner. Contrairement à beaucoup d’idées reçues, la France est l’un des pays où la liberté individuelle est la plus grande. En dehors des lois, la pression sociale et religieuse y est beaucoup moins forte qu’ailleurs. Ce constat est facile dès que l’on s’expatrie. La France a beaucoup de problèmes mais ils ne devraient pas servir de prétexte à détruire ce qu’elle a comme atout ou à cesser de faire évoluer la société.

 

  • Le droit à l’enfant : le mariage pour tous est la porte ouverte à tous les abus, de la PMA en passant par les mères porteuses jusqu’au trafic d’enfants… D’abord, tous ces phénomènes n’ont pas attendu les couples homosexuels pour exister. En ce qui concerne le trafic d’enfants où le risque pédophile pour certains confondant homosexuels et pédophiles comme la délicieuse Christine Boutin, ces crimes existent depuis la nuit des temps, et ne sont considérés comme crimes que depuis très récemment. Ils ne sont pas liés à l’homosexualité mais à la nature humaine qu’elle soit hétéro ou homo. Et il s’agit de les combattre vraiment et non pas de les nourrir en niant la vérité et en détournant l’attention sur un groupe particulier qui en serait la cause. Car méconnaître la véritable nature de criminels spécifiques et la confondre avec une autre qui elle n’a rien de criminel revient à se voiler la face et par conséquent condamner la lutte contre eux à l’échec. Car nul ne peut pas combattre ce qu’il refuse de comprendre.

En ce qui concerne la PMA, et ce fameux « droit à l’enfant » il est également extrêmement malhonnête de la mêler au mariage pour tous et difficile d’essayer après cela de convaincre qu’on est pas homophobe… Que l’on soit contre la PMA et contre le « droit à l’enfant » c’est-à-dire contre l’adoption également, pourquoi pas, mais dans ce cas posons la question « pour tous » justement. Si la PMA est un scandale, elle ne l’est pas moins quand ce sont les couples hétéros qui en bénéficient. Si l’adoption doit être interdite, alors que son interdiction soit proposée « pour tous ». Cependant, autrefois, les dizaines d’enfants portés à contre cœur et contre-corps par nos ancêtres épuisées, le corps déformé par ces grossesses imposées étaient-ils vraiment aimés comme le sont aujourd’hui les enfants conçus naturellement, via la PMA ou adoptés, qui eux ont été désirés avant tout et qui parfois sont accueillis par des couples ayant effectué un parcours du combattant sur de nombreuses années et qui n’y croyaient plus ? Le gouvernement n’a pas octroyé de « droit à l’enfant » mais il a répondu au désir d’enfant, un désir qui n’est en fait qu’un besoin naturel, et le plus profond d’entre eux. Étrange que ce fait ait échappé aux radars aiguisés des porte-drapeaux de l’ « ordre naturel ».

  • Enfin, le dernier le plus beau : la nature est faite ainsi, pour qu’il y ait enfant il faut un homme et une femme. Certes, la nature nous impose beaucoup. D’ailleurs, si on la respectait un petit peu plus, le nombre moyen d’enfants par femme ne serait plus de 2,1 mais de 10, au moins. Et leur espérance de vie (aux femmes) serait bien moindre. Mais nous contournons cela grâce à la contraception et la médicalisation de l’accouchement. La nature nous impose le gel, mais nous le contournons grâce au chauffage. Elle nous impose de faire Paris-Marseille à pieds en deux mois, mais nous contournons aussi cela. L’être humain n’appartient pas à la nature, mais à la civilisation. Elle lui permet d’améliorer ses conditions de vie, besoin vital car il est le seul être sur Terre à avoir conscience de son existence, et surtout que celle-ci est limitée dans le temps. Pour cela, il ne peut se contenter de répéter éternellement le schéma que lui impose la nature mais doit construire, évoluer et s’améliorer. L’être humain n’a pas à se soumettre à l’immuabilité de la nature. D’ailleurs il ne l’a jamais fait. Sa vraie nature c’est la civilisation. Et la nature en tant que carcan biologique n’a pas à servir d’argument pour refuser l’égalité en droits à des citoyens de notre République, qu’ils soient bobos parisiens ou pas.

Suite à cette mascarade, le débat sur le mariage pour tous nous rappelle une chose : l’UMP n’a rien appris de sa défaite en mai et continue de faire bouillir la marmite… mais ceux qui se gaveront au bout du compte seront les membres de la famille Le Pen.

 

Le Djihad chrétien

Christine Boutin et Frigide Barjot ont été les grandes figures médiatiques de l’opposition chrétienne au mariage pour tous. Avec les mêmes arguments énumérés ci-dessus mais la Bible sous le bras en plus, elles se sont lancées dans le combat contre le Diable. D’abord, il a bien fallu que les laïcs et athées (qui sont très nombreux mais dont on ne parle jamais) se rendent à l’évidence… des millions de Français sont encore prêts à lutter contre l’égalité des droits au sein de notre République pour des raisons purement religieuses.

Pour traiter rapidement le cas de Mme Christine Boutin car elle ne mérite que quelques lignes : elle est le symbole de l’esprit antirépublicain dans toute sa splendeur. Ayant fondé son parti, le Parti Chrétien-Démocrate, elle est l’ennemi numéro 1 de la laïcité, militant pour la fusion du politique et du religieux. Parfois, à mes heures cyniques je souhaite qu’un jour se créé en France un Parti Musulman-Démocrate et être présente lorsque Christine Boutin l’apprendrait. Juste pour voir sa tête. Je crois que cela vaudrait son pesant d’hosties.

Barjot quant à elle, artiste plus que médiocre était là pour reconquérir une notoriété qu’elle n’a jamais eue et remplir un peu mieux ses salles de spectacle.

Tapie dans l’ombre des gentes dames Boutin et Barjot, telle un FN dans celle de l’UMP, l’organisation Civitas : les purs et durs du christianisme. Civitas, c’est l’équivalent des djihadistes ou du Ku Klux Klan : intégristes jusqu’au bout des poings, ils n’ont pas hésité à employer la force physique contre des militantes de la FEMEN et Caroline Fourest, journaliste qui les accompagnait dans le cadre d’un reportage. Ces rasés, croyants et effrayants ont frappé et insulté sous l’œil complice de curés.

Le 11 Septembre 2001 et ses conséquences nous avaient fait oublier que nous aussi, nous avons des intégristes, bien de chez nous qui prient dans la rue, non pas parce qu’ils n’ont pas de bâtiment pour abriter leurs rituels mais bien par protestation et provocation. Ce rappel est utile, il nous montre que la paix et la tolérance religieuse obtenue grâce à notre modèle unique de laïcité, le plus ambitieux et le plus civilisé du monde (même avec ses failles) reste fragile et doit être défendu.

 

Le papillon Christiane Taubira 

Rappel oui, car ceux qui la connaissent bien s’offusquent aujourd’hui de cette soudaine admiration pour la Garde des Sceaux. Eux savent depuis longtemps son talent et son esprit.

En première ligne, Christiane Taubira s’est révélée à la France entière. Des discours et interventions brillantes, le plus souvent sans notes, mais aussi une patience à toute épreuve avec l’opposition qui avait choisi la tactique du harcèlement. Une maîtrise des idées, des penseurs, de l’articulation argumentaire, de l’humour et de ses sentiments (qui devaient souvent bouillir face aux Mariton, Jacob et autres Estrosi) ont impressionné les observateurs qu’ils soient journalistes, twittos ou même députés de l’opposition.

Jusque dans sa finesse stratégique, Christiane Taubira force le plus grand respect : sa décision de publier le décret octroyant la nationalité française aux enfants de couples français nés de mères porteuses à l’étranger en plein débat a été décrite comme maladroite et malhonnête. Opinion partagée par de nombreux journalistes et observateurs aguerris. C’était au contraire plutôt habile et judicieux : d’abord ce décret était nécessaire. Si les mères porteuses sont interdites en France (et le mariage pour tous ne change pas cet aspect-là), elles sont autorisées dans certains pays voisins. De nombreux couples français ne pouvant pas avoir d’enfants font appel aux « services » de ces femmes. Les enfants nés à l’étranger se retrouvaient apatrides car non français au départ, mais ne bénéficiant pas non plus de la nationalité de la mère porteuse. Or, la constitution française interdit formellement de faire des apatrides. Ce décret ne sert qu’à rectifier cette incohérence en accélérant la reconnaissance de ces enfants en tant que Français. Cela va dans le sens de la protection des enfants, si chère à l’UMP. Christiane Taubira a fait le choix de publier ce décret en plein débat car elle savait que l’opposition peu finaude goberait l’appât, ce qui contribuerait à médiatiser cette mesure. Cela lui a donné l’occasion et ce en toute tranquillité, de l’expliquer et de clarifier les choses tout en laissant l’UMP s’enliser et se ridiculiser. Si elle avait fait passer ce décret plus tard, une fois la loi votée, il aurait été plus difficile de convaincre qu’elle n’avait pas pris les Français en traîtres. Grâce à ce choix, lors du vote de la loi, la majorité des Français dans les sondages y restait favorable.

 

Le mariage pour tous est une loi qui rétablit l’égalité des droits des familles. Jusqu’ici, plus de 100 000 familles homoparentales vivaient dans l’angoisse du décès du parent « officiel » laissant l’autre et les enfants sous la menace d’une séparation supplémentaire aussi traumatisante et injuste que la mort. Souffrances potentielles inutiles. Cette loi met enfin un terme à tout ça, sans pour autant « détruire » la société française (je crois savoir que les Pays-Bas, la Belgique, l’Espagne et le Canada abritent encore quelques personnes) et renforce… la famille. Un comble.

 

Par Emilie Moreau


[1] http://www.lemonde.fr/societe/article/2012/11/07/homoparentalite-aucune-etude-n-a-pu-demontrer-un-risque_1787295_3224.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.