Soutenez le PS

Adhérez au PS

L’Allemagne, l’Allemagne, encore l’Allemagne…

Nicolas Sarkozy s’est exprimé le 29 janvier dernier sur 7 chaînes et devant 15 millions de Français. En 70 minutes, il a fait 15 fois référence “au modèle Allemand”, parfois à raison, mais souvent à tort. Le site web OWNI a publié un article intitulé « Sarkozy trébuche en allemand » montrant que les références utilisées par le président sont souvent fausses. Tout comme les blogs du Monde « Les Décodeurs » et de Libération « Désintox » qui pointent également beaucoup de propos erronés dans le discours du président/candidat.

 

Pas d’inflation en Allemagne ? Faux ! L’Allemagne, seul pays d’Europe à avoir gardé et développé ses emplois industriels ? Faux, l’Allemagne se désindustrialise aussi vite que la France. Les syndicats allemands se sont réjouis lorsque la France a mis en place les 35 heures ? Les 35 heures existent dans certains secteurs industriels en Allemagne depuis 1984, Volkswagen a même lancé la semaine de 32 heures en 1993. Et ces mensonges, car il faut bien le dire, à ce niveau d’approximation et de propos erronés il ne peut s’agir que de mensonges, ne concernent pas seulement les comparaisons avec l’Allemagne : fiscalité, droit de succession, dépenses publiques, espérance de vie, règle d’or, TVA « sociale », immobilier, tout y passe.

 

Nous, expatriés Français en Allemagne, savons bien que le modèle allemand a lui aussi ses faiblesses: même si l’Allemagne est la première économie d’Europe et qu’elle a résisté mieux que d’autres à la crise qui sévit, les inégalités se creusent aussi ici. Et si le chômage est effectivement plus bas qu’en France, c’est parce que bon nombre d’emplois sont des emplois précaires à temps partiel. D’après l’OCDE, l’Allemagne est le pays développé où les inégalités et la pauvreté ont le plus progressé ces dernières années. Les Allemands eux-mêmes s’en rendent compte et ne manquent pas une occasion électorale pour montrer au parti d’Angela Merkel qu’ils n’approuvent pas la politique économique que mène la coalition CDU-CSU-FDP au pouvoir, comme l’ont montré les dernières élections régionales.

 

A lire:

–       Sarkozy: “Ich bin ein Berliner!” – Marianne 2

–       Sarkozy trébuche en allemand – OWNI

–       Un dimanche soir d’intox présidentielle – Libération

–       Les approximations de Nicolas Sarkozy – Le Monde

–       La précarité, principale raison du miracle économique allemand – Marianne 2

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.